Quand je ne prends pas le temps de remplir mon blog…

1. La page des râleries se remplit petit à petit

2. Je raconte des trucs pas rigolos.

Aujourd’hui, laissez-moi vous conter la douce (amère) histoire de Kokopelli.

kokopelli

Kokopelli est une divinité de la fertilité.

Kokopelli, c’est aussi une association qui milite pour le maintien voire le développement des semences anciennes et surtout pour la diversité des semences, dans nos contrées comme dans le tiers-monde (je résume en gros).

Et voilà-t-y pas qu’on leur fout un procès aux fesses aux basques. La raison? Ne peuvent être mises en vente aux particuliers que les semences du catalogue officiel des semences (ou autre dénomination équivalente et barbante). Bien sûr le référencement dans ce catalogue est payant. Je veux dire très payant, genre cher, quoi. Bien sûr, ce catalogue officiel ne regroupe que très peu, voire pas de semences anciennes. Alors bien sûr, les semences de Kokopelli n’y sont pas.

Et malheureusement, Kokopelli perd son procès.

Soit.

Mais là où ça fait mal, au-delà de la misère d’attaquer une asso qui se bat pour la biodiversité, c’est bien le fait que ces semences anciennes qui sont le maaaaal car elles ne sont pas dans le catalogue officiel, sont présentes, tout à fait illégalement, dans un gros paquet de magasins de grande distribution.

Je peux témoigner, j’suis allée voir.
Un exemple donc chez LeurouaMèrelun.

tomates

Pour information,

Variétés anciennes de courges permises à la vente dans les supermarchés:

– Rouge vif d’Etampes
– Jaune gros de Paris
– Potimarron
– Turban Turc

Variétés anciennes de tomates permises à la vente dans les supermarchés:

– Saint-Pierre
– Marmande
– Roma

Toute variété de tomate rose, verte, blanche, noire, jaune, orange, zébrée est par définition une intruse dans les supermarchés.

Et c’est Kokopelli, une association, qui est condamnée?

Alors là j’ai les boules, voyez.

Bon, si vous voulez en savoir plus, je vous renvoie vers le site de Kokopelli :

L’histoire du procès (faut fouiller un peu pour trouver l’historique vraiment)

– Les semences anciennes vendues partout partout

– Le soutien à Kokopelli, par un comité ou par des dons

Allez hop, je ne résiste pas, je vous mets le communiqué de Kokopelli :

 » Malgré les directives européennes, les avis de l’ONU, du Sénat, de scientifiques, d’agronomes affirmant l’urgence de sauvegarder la biodiversité végétale alimentaire, l’état français refuse de libérer l’accès aux semences anciennes pour tout un chacun.

C’est ce qui permet aujourd’hui aux magistrats d’infliger ces lourdes peines à l’association Kokopelli.

Dans le cas du procès de la SAS Baumaux pour concurrence déloyale, M. Baumaux verra donc son bénéfice de 800.000 € augmenté de 10.000 € et recevra 2.000 € pour ses frais.

L’état français recevra 17.500 € au motif que KOKOPELLI vend des semences illégales, 5.000 € seront consacrés aux frais et à l’information du bon peuple sur les pratiques dangereuses de l’association KOKOPELLI. Les semences qui ont nourri nos grands-parents et qui servent à nous nourrir aujourd’hui par le jeu des croisements, sont donc devenues illégales et dangereuses.

Nous avons eu droit au grenelle de l’environnement : il faut sauver la biodiversité ! alors pourquoi condamner une association qui sauvegarde avec ses adhérents et ses sympathisants, plus de 2500 variétés en risque de disparition ? Pourquoi condamner ces semences dont la FAO reconnaît qu’elles sont une des solutions pour assurer la souveraineté alimentaire, face aux dérèglements climatiques et à l’augmentation de la population mondiale ? Pourquoi les mêmes variétés, selon qu’elles sont vendues par KOKOPELLI ou d’autres opérateurs entraînent condamnation ou mansuétude ? Pourquoi les grandes surfaces vendent des fruits et légumes issus des variétés interdites à KOKOPELLI, en toute impunité (en tout cas à notre connaissance).

Les condamnations infligées à KOKOPELLI ne sont donc pas à chercher dans la nature des semences que protège l’association, mais dans ses actions.

L’association propose aux jardiniers, aux paysans, d’être autonomes et responsables, face au vivant. Dans notre société du tout marchandise, c’est intolérable. Le plus grand grief (sous jacent) fait aux semences anciennes ou de pays, est d’être reproductibles et qui plus est adaptables à de très nombreuses conditions de cultures, sans le soutien de l’agro chimie. Voilà la faute de KOKOPELLI : conserver le levain des savoirs populaires, agronomiques et génétiques. A l’heure où l’on veut nous faire croire que le tout hybride, OGM, chimique, énergie fossile, sont les seules possibilités d’assurer notre alimentation, propager l’autonomie semencière par l’exemple est devenu répréhensible. Ce qu’il faut retenir de ces condamnations, c’est la volonté affichée d ‘éradiquer les alternatives techniques et semencières autonomes.

Depuis 15 ans, KOKOPELLI protège la diversité de nos jardins, de nos champs, de nos assiettes, tout en essayant de faire évoluer le cadre juridique vers une reconnaissance de la valeur agronomique et culturelle des variétés reproductibles : L’ETAT FRANÇAIS NOUS A FAIT ECHOUER. Aujourd’hui, la disparition potentielle de KOKOPELLI ouvre un boulevard à l’uniformisation culturelle et productiviste agricole. La disparition de la « vraie » biodiversité basée sur la variabilité génétique d’une multitude de variétés locales ne sera jamais, et de très loin, compensée par la multiplicité de quelques variétés clonées.

Il est intéressant de noter la similitude des actions et de la répression envers les faucheurs volontaires, les amis de l’ortie, les défenseurs de l’herboristerie et KOKOPELLI : chacun cherche à sa façon, à protéger et promouvoir la vie et la continuité des savoirs. Pour notre gouvernement, tout cela est devenu répréhensible ! Face à ses contradictions, entre ses déclarations enflammées du Grenelle de l’Environnement et les condamnations qu’il obtient contre les défenseurs de la biodiversité, gageons que l’état français mettra un point d’honneur à prendre en réelle considération le devenir des générations futures.

L’association KOKOPELLI a toujours proposé la résistance fertile non violente et le dialogue, peut-être étions-nous trop en avance ? Mais maintenant, sauver la biodiversité est d’une extrême urgence. Si l’agriculture productiviste que protége le gouvernement se trompe, vous trompe, nous trompe, quelle stratégie de repli aurons-nous ? Si nos élus ont contribué à éradiquer notre patrimoine semencier alimentaire ?

La solution est dans votre camp, mesdames et messieurs nos gouvernants. Une fois, vous avez pu revendiquer « responsables, mais pas coupables ». Devant la faim du peuple, cet argument ne tient pas.

N’obscurcissez pas l’avenir, il l’est déjà suffisamment.

Mais peut-être faut-il lancer un appel : aux semences, citoyens !« 

Publicités

3 réflexions au sujet de « Quand je ne prends pas le temps de remplir mon blog… »

  1. Gloups. Autant je ne suis pas contre les OGM (je veux dire : ça dépend de quels OGM), autant je suis pour la préservation de cette biodiversité. C’est une sale histoire, dont je n’avais pas idée. Merci de la diffuser.

  2. J’avais entendu parler de cette affaire, mais apparemment je ne connaissais que la partie émergée de l’iceberg ! C’est incroyable que ces semences pour lesquelles Kokopelli a été condamnée soient vendues sans conséquences dans tout plein de grandes surfaces!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s