de l’ail et des soupes

(où la narratrice fait une longue digression sur le sujet du bio et des souvenirs inintéressants de sa lointaine enfance)

jusqu’à cette semaine, les nouveaux robinsons c’était un peu mon magasin bio que j’aime d’amour : beaucoup de choix, des produits que tu trouves nulle part ailleurs (ou alors très très loin dans un endroit inconnu de moi), et puis c’est pas une grosse boîte façon (pas si) natur(e)alia.

Quand soudain, c’est le drame, voilà qu’au détour d’un rayon légumes, qui avait pourtant l’air parfaitement inoffensif, je tombe (toutefois sans me faire mal) sur de l’ail.

ail

vous me direz, de l’ail, quoi de l’ail? c’est bien l’ail, c’est bon l’ail, et puis ça donne une haleine un peu du tonnerre quand même (ou pas).

oui mais l’ail venait d’Argentine.

certes bio

mais d’Argentine.

NON MAIS çA VEUT DIRE QUOI çA? (et celui ou celle qui m’indique comment faire un c cédille majuscule gagne un caramel mou)

je veux dire, bon on trouve parfois des pommes d’Argentine, mais bon je me dis, produit de grande consommation, tout ça tout ça (même s’il faudrait me mettre un couteau sous la gorge pour que j’en achète). Mais de l’ail? une plante qu’on fait pousser très certainement sans problème particulier aux portes de Paris?

ail

ah à narrer cette cruelle histoire d’ail argentin me revient à l’esprit cette douce mémoire de la foire de Douai.
car à la foire à Douai, il était une fois, et même plusieurs fois, tous les ans pour tout vous dire, un stand, oh oui un stand de soupe à l’ail. ça paraît rien comme ça, mais la soupe à l’ail d’Arleux, Arleux et sa foire à l’ail, le stand, la grosse madame assise derrière la marmite, la marmite de soupe à l’ail, l’ail d’Arleux, et sa foire, tout ça, la grosse madame en train d’éplucher carottes-z-et patates, pour les-z-y mettre dans la marmite, pour la soupe, à l’ail, d’Arleux. et la madame, la grosse madame qui épluche, elle crie « soupe à l’ail, demandez la soupe à l’ail! » aaaah je l’entends encore, douce chanson de mon enfance. aaaah l’ail, la soupe à l’ail, Arleux, la chanson.

et vous voulez que je vous dise? la soupe à l’ail de la grosse madame, elle est un peu trop super bonne de la mort, il faut bien l’avouer.

et la grosse madame, qu’est-elle devenue? voilà une question qui me taraude mais en fait je sais pas.

mais donc cet ail qui vient d’Argentine, illustrons simplement le problème.

alors je pose la question, au niveau bilan écologique global, vaut-il mieux de l’ail bio d’Argentine, ou de l’ail pas bio de chez juste à côté (par exemple, Arleux)?

– une question très très intéressante mais qui n’intéresse peut-être que moi.

tant pis c’est mon blog non mais alors quoi zut à la fin.

Publicités

17 réflexions au sujet de « de l’ail et des soupes »

  1. j’adore ton histoire de la grosse madame et sa soupe à l’ail très bien racontée (écrite) tu me la racontera en vrai à la prochaine revoyure ça doit être quelque chose….
    sinon effectivement ton sujet me laisse perplexe et en effet je pense que c’est bofibus un max un ail bio d’argentine….

    A propos de Bio et sauvons wily et la planète je suis trop contente des superbes affiches que j’ai récupéré ce soir à la chorale…..de belles photos genre que l’on voit parfois passer en FW sur le net avec une liste monstrueuse d’adresse mail, sur l’affiche à chaque fois un titre et une phrase « choc » sur le sujet….andras va en prendre pour son bureau, on en garde pour la maison et le reste c’est pour « mes » jeunes à mon voulot !! trop bien!!
    hein quoi ??? édith me dit qu’elle s’en fout de ma vie !!??? mais moi je l’a prout édith je suis sur le blog de ma copine et si j’ai envie de lui raconter ma vie je le fais…..en plus c’est même pas hors sujet nan mais !!
    :D

  2. Depuis que je regarde plus attentivement l’origine des produits bio, je n’en achète plus beaucoup (en tout cas, en supermarché) car ils viennent presque tous de l’autre bout du monde, ce qui est vraiment une connerie monumentale, si tu me permets ce vocable un peu vulgaire mais on peut pas dire autrement !

    Sinon, pour le C cedille majuscule, c’est en principe Ctrl+, puis Maj+C mais ça n’a pas l’air de fonctionner dans Firefox ! Mais avec le correcteur orthographique de Firefox, tu tapes CA et il le souligne, tu peux donc le corriger d’un clic…! ;-)

  3. Oh que non, je pense que cela intéresse pas mal de monde.
    J’y pense souvent.
    J’ai décidé que du pas bio près de chez moi, par le petit producteur qui vend sur le marché, c’est OK.

    Il faut souvent faire des choix, voire des compromis, je pense que je n’arriverais jamais à être bio comme il faut sur tous les plans, mais tant que je maintiens tous mes gestes, choix, je me dis que c’est déjà ça de gagné pour la planète.

    Par exemple, les couches lavables qui nécessitent une lessive tous les deux jours, un séchage -je veux dire en sèche linge l’hiver-, qui t’obligent à avoir une grosse voiture pour transporter tout l’attirail dès que tu pars deux jours…
    Oui, je me pose beaucoup de questions sur les choix à faire, les conséquences de chaque geste.

    Par exemple, je refuse les produits d’entretien kakabeurk, mais quand AUCUN ne réussit à déboucher telle canalisation, que c’est inondation à chaque vidange de machine, monsieur part au supermarché chercher le pire truc…

    Oh la la, je suis longuette, désolée Elisala :-(

  4. @mamoune: faudra que tu me montres à quoi ressemble ton affiche, ça m’intrigue!
    et surtout, n’hésite pas à raconter ta vie, hein, comme tu le dis, c’est le blog d’une copine ;-)
    @septentria: je te permets ton vocabulaire, et pour le c cédille, faudra surtout voir si ça marche sous wordpress! et si ça marche, c’est qui qui aura droit à un caramel mou, hein? ;-)
    @landrellec: non non tu n’es pas longuette, cf. réponse à mamoune, vos avis (et vies!) m’intéressent!
    et je suis bien d’accord avec toi: les compromis, c’est la vie, tant q’uon reste à peu près cohérent, et qu’on fait au mieux, en pleine conscience… aussi pleine conscience que possible en tout cas, parce que c’est pas toujours évident de pondérer entre bio et non bio, naturel et pas naturel, etc.

  5. Comme Landrellec, j’ai choisi entre acheter à un petit producteur que je connais ou des légumes bio vendus 4 fois plus chers et venant de l’autre bout du monde.

    Dès que je peux je prends du bio, qui ne vient pas de très loin et qui a un prix raisonnable (je ne regarde pas à la dépense pour bien manger). Plus de lessive chimique, plus d’adoucissant, plus de produits d’entretien beurk et bientôt plus de liquide vaisselle (le temps de finir le flacon). Il me reste une bouteille de javel qui doit avoir 5 ans et qui fera 5 autres années.

    @Landrellec, à part la ventouse lorsqu’il y a des bouchons, j’essaie de prévenir au lieu de guérir, une fois par semaine, de l’eau vinaigrée bouillante, des cristaux de soude et du gros sel, 2 fois par mois dans les tuyauteries.

  6. Hum ?! il faudra que je regarde à la Biocoop s’ils marquent les provenances partout sur les fruits et les légumes frais, pcq autant les fruits, ils les marquent (ça je le sais pcq à chaque fois je regarde les noms des producteurs), autant les légumes, je sais pas pourquoi, je regarde pas la provenance (cherchez l’erreur), quand j’irai la semaine prochaine, je regarderai d’où vient l’ail (mince ça serait pas cool qu’il vienne d’Argentine alors qu’on a l’ail de Lautrec pas loin, dans le Tarn)
    Je fais attention aussi pour le reste (genre pour la farine, je choisis autant que je peux de la locale et pas de la qui vient de l’autre bout de la France) (ouais d’acc l’autre bout de la France c’est pas l’Argentine non plus, mais quand même !)
    Sinon une question bête : y’a pas des marchés bio à Paris ?
    Ici c’est le samedi matin place du Capitole, t’auras qu’à t’acheter tes gousses d’ail au MBC !
    Et sinon, à cause de toi, tout à l’heure dans google, j’ai tapé « ail d’Argentine » !!

  7. Y a des marchés bio à Paris, mais ils sont pas plus sûrs que les magasins bio: il y a des producteurs pas trop loins, mais il y a aussi des stands venant direct de rungis, avec des fruits venant de loin loin loin.
    (et en plus les marchés bio sont loin loin loin de chez moi, alors j’ai la flemme d’y aller) :-]

  8. @ Ookwee :
    J’utilise tous ces ingrédients depuis pas mal de temps déjà. Bon, j’ai renoncé au liquide vaisselle fait maison car je n’ai jamais réussi à trouver le bon dosage.

    Mais ni les cristaux de soude (en masse sur mes étagères) ni le vinaigre blanc (en litres sur mes autres étagères) n’ont fonctionné pour ma canalisation (sans regard malheureusement).

    J’ai réussi à me défaire de ce bouchon à l’aide de mes petites mains et d’une baguette chinoise :-)
    J’ai évité le gros méchant kakabeurk, suis pas peu fière !

    Merci pour les conseils en tout cas :-)

  9. Ç = alt +128

    t’as mon adresse pour le caramel mou :-)

    Sinon moi ça m’intéresse beaucoup, comme sujet! Et je fais pareil que vous, j’essaie d’avoir un peu de bon sens, pour les fruits et les légumes.
    Mais j’avoue que pour le ménage, j’y suis pas encore, honte.

  10. Je vote pour le pas bio de juste à côté (qui travaille peut-être pas trop loin du bio mais n’a pas eu la démarche marketing de se faire labelliser bio…)

  11. Je vote pour les fruits et légumes du potager chez les mamans et les mamies… Mine de rien, ils n’ont pas la même gueule (et surtout pas le même goût) qu’à n’importe quel marché (bio ou pas)…
    Ça doit être l’amour…

  12. Cela me permet de rebondir, le commentaire d’Ingrid.
    En effet, en qualité gustative (et notamment après cuisson), les fruits achetés sur le marché, pas bios, mais avec bon sens, sont tout à fait convenables.
    Ceci dit, j’ai réussi à intégrer enfin mon AMAP, à nous les légumes, les oeufs, les produits laitiers et un panier de 7 kilos de pommes ! Youpi !

  13. Ah ah et mes toilettes sêches, hein qui qui les a testées ? Moi ! Elles sont trop loin de chez vous ;oD
    Mes fruits zé légumes viennent tous de près de chez moi, au moins du département. y’a même de l’ail, des oeufs de la viande du fromage de la charcuterie et de la volaille du miel du cidre, et j’en passe, tous du coin ! C’est une association de producteurs locaux qui a créé sa boutique. Tu parles si je suis cliente, je passe devant quasi chaque jour. Quant au ménage….euh…je ne le fais pas ! Mais si : savon noir, vinaigre blanc et huile de coude sans compter l’aspirateur et le chiffon en microfibres et hop le tour est joué.

  14. Larkéo, je rajoute les cristaux soude, le bicarbonate, le demi-citron frotté sur l’évier pour le faire briller.
    J’adore redevenir indépendante vis-à-vis des produits kakabeurk.

    Et j’adore mon AMAP !!!!!!!!!!!! Je l’avais déjà dit ? Ah bon, désolée …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s