nouvelles expérimentations

L’autre jour à l’amap il y avait du rab d’épinard. et quand je dis du rab, c’était du rab.

J’en ai pris ma part et une partie de cette part remplissait tout simplement le carton ci-dessous.

carton

Le stylo donne l’échelle (et même si le carton n’est pas aussi épais qu’il est large ou haut, ça fait du volume)

Du coup j’ai fait cuire le contenu du carton à l’eau pour le congeler (j’en avais suffisamment par ailleurs pour déguster de l’épinard frais pendant 15 jours, pour vous donner une idée).

Bon bien sûr, une fois cuit, épongé, le carton géant d’épinards donnait ça:

épinards

oh le joli blob vert

et c’est en voyant l’eau de cuisson que mon cerveau a fait tilt..

eau

eau beigeasse + épinards pleins d’acide = un essai de teinture!!

Alors c’est ce que j’ai fait, après avoir fait trempouiller de la laine dans de l’eau pour l’imprégner (j’ai aussi ajouté un peu de vinaigre au cas où l’acide des épinards n’était pas suffisant), je l’ai fait doucement mijoter (la laine) dans l’eau de cuisson des épinards pendant une bonne demi-heure. Puis direction essorage et séchage, et…

voilà!

teinture 2 teinture 1

La vérité est quelque part entre les deux… (couleur difficile à rendre en photo)

La laine a pris une teinte un peu jaunâtre aux reflets vaguement grisâtres – rien de bien impressionnant, ni de bien sexy, mais je suis quand même bien contente d’avoir tenté!

——————————————————————

Et puis voilà-t-y pas que dans le panier amap suivant, j’ai eu des fèves.

Oui, ces fèves-là :

Vicia faba Fève Légumineuse

Fèves sous cosse, par Lamiot (Travail personnel) [GFDL ou CC-BY-SA-3.0-2.5-2.0-1.0], via Wikimedia Commons

Qui, une fois écossées et cuites, donnent ça :

Vicia Faba, cuit, via Wikimedia Commons

Alors bien sûr, vous vous demandez, mais où veut-elle en venir? hé bien figurez-vous que jusque là je ne venais nulle part, je pensais que j’allais tout simplement boulotter mes fèves et puis voilà. D’ailleurs je ne les ai même pas prises en photo, c’est vous dire (et j’en profite pour remercier wikipedia pour ses photos).

Sauf qu’en voulant vider l’eau ayant servi à cuire les fèves – mais pas exactement l’eau de cuisson, puisque j’avais cuit les fèves à la vapeur, mais donc bien l’eau en-dessous des fèves, l’eau à vapeur – je lui ai trouvé une teinte incroyablement incongrue.

Une teinte un peu comme ça :

teinture 3 teinture 4

Quelque chose de rougeâtre maronnasse, donc, parfaitement inattendue venant d’une fève résolument verte.

Mon sang de teinturière en herbe (?) n’a fait qu’un tour, et rebelote, laine, trempage, vinaigre, mijotage… (il fallait que je teste, vous comprenez?)

teinture 5

J’ai fait passer le liquide dans un sachet de thé que j’ai laissé dans l’eau de mijotage, parce qu’il semblait y avoir pas mal de particules en suspension que je ne voulais pas spécialement récupérer sur ma laine mais dont je ne voulais pas perdre le potentiel tinctorial (hé ouais, je peux utiliser des mots compliqués si je veux).

et… (roulement de tambours)

teinture rose

ça donne quelque chose de délicatement rosé. La prochaine fois, je préparerai un peu plus soigneusement la laine (avec un peu de sel d’alun, mordant bien connu en teinture, qui permet de mieux capter le colorant sur la fibre), histoire de voir si ça change quelque chose, mais là j’avais trop hâte, j’ai fait au plus vite! et ma foi le résultat est sympathique!

On est passé du vert de la fève, au rouge-marron de l’eau de vapeur, au rose délicat de la laine! improbable mais vrai…

————————

Avec toutes ces expérimentations, quand au détour de notre voyage en Gironde nous passâmes devant une librairie qui avait ce livre en vitrine:

plantes à teinter

J’avoue, je n’ai pas résisté bien longtemps, je l’ai acheté… (en gros j’ai résisté jusqu’à ce que nos horaires collent avec les horaires d’ouverture de la librairie). Ben quoi? Faut bien soutenir le petit commerce local, non?

Expérimentations à suivre, donc…

8 réflexions au sujet de « nouvelles expérimentations »

    • Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne : c’est un contrat passé entre un maraîcher et un consommateur (moi, dans le cas présent ;)), pour fournir pendant un an un panier de légumes et fruits, en agriculture biologique (ou pas loin) ; en échange le consommateur paye à l’avance son panier, ce qui permet au maraîcher d’anticiper plus facilement son travail, ses semis, etc. et comme le maraîcher n’est pas trop loin, ça permet de favoriser une production de saison et de proximité!

  1. Quoi de neuf dans les expérimentations ? D’autres « trucs » en cours…
    J’adore le vieux rose. Cela fait envie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s