formumu, formulaire

Ami lecteur, amie lectrice, mon camarade, mon semblable, va donc voir si j’y suis, si cela te sied, si cela te dit, sinon tant pis!

mais ne prenez pas ça trop au sérieux tout de même, sinon c’est pas drôle.

et une photo parce que j’aime bien les images dans les blog :

051/365/20 avril 2009

Publicités

7. Plaines

Les plaines de Takawara, de Mika, d’Ashita, de Sonowara,de Hagiwara, d’Awazu, de Nashi, d’Unaiko, d’Abe, de Shino.

Sei Shônagon

Waterloo, morne plaine…

Voilà bien tout ce que m’inspire ce thème.
Pourtant je suis du Nord, s’il en est région réputée pour ses plaines…

5. Montagnes

La montagne de Miwa me charme.

Sei Shônagon

J’aime Montmartre (oui, Montmartre c’est une montagne). Ne me demandez pas pourquoi, mais voir au loin, au détour d’une rue, le sacré-coeur c’est toujours un petit coup au coeur, comme un symbole, tout là-haut, de Paris, même s’il est gris, même s’il a une forme bizarre, ça me plaît.

Montmartre

Dans un tout autre registre, j’aime aussi les randonnées en montagne, les jolies vallées des Alpes, les douces rondeurs des Vosges.
J’aime moins les vallées serrées de l’Isère, un peu oppressantes, il fait nuit tôt dans les vallées, surtout en hiver, la lumière manque.

4. Choses particulières

Langage de bonze. Langage d’homme et langage de femme

Sei Shônagon

Il y a beaucoup de choses particulières, un partenaire, par exemple (blague musicale de mauvais goût)
mais suivons plutôt Sei, et parlons langage.
parce que pile poil, c’est ça que j’aime dans les langues, c’est que chacune est particulière, chacune a sa propre manière d’exprimer certaines choses.

pour prendre un exemple connu : il pleut des cordes se traduit en anglais par il pleut des chiens et des chats. (et pourquoi pas, finalement, s’il pleut des cordes, voire des hallebardes, il peut aussi bien pleuvoir des chiens et des chats, non? c’est peut-être juste un peu bruyant, voilà)
pour prendre un exemple moins connu : plutôt que de dire bonne nuit et de faire un bisou pour souhaiter une bonne nuit, en anglais on peut kiss good night, littéralement bisou bonne nuit, mais en traduction complète, ça donne faire un bisou pour souhaiter une bonne nuit, mais kiss good night c’est quand même plus sympa.
ou encore la langue des signes, qui a une syntaxe complètement différente du français parlé. Pour dire : jusqu’à Noël je fais pousser des lentilles dans mon appart
je vais signer:
appart à moi dedans, jusquà Noël, lentilles je fais pousser (quoique la position du « je », je n’en suis pas bien sûre)

/

signes : langue des signes française / syntaxe (source: Wikipedia)

en allemand, quantité de déclinaisons, avec une différenciation entre le masculin des êtres vivants et le masculin des objets, sans parler, bien sûr, du genre neutre, qui peut concerner des êtres vivants !
en polonais, des déclinaisons qui sont différentes suivant qu’on parle d’un homme ou d’une femme : « Patricia » devenant ainsi « Patricio » au vocatif (pour donner un ordre, par exemple), « Christophe » donnant sans doute « Christophou » (hihi).
en japonais, pas de déclinaison ni de conjugaison, une syntaxe très simple, par contre des niveaux de langage incompréhensibles, ou presque, aux mentalités occidentales.

kanas (hiraganas et katakanas) de base avec leur transcription dans le système Hepburn (source: Wikipedia)

ça rend les traductions compliquées mais c’est ça qu’est chouette, c’est ça qui rend l’apprentissage des langues riche et formateur, parce qu’au delà de la langue, on apprend aussi un bout de fonctionnement autre du cerveau, un bout de la culture de l’autre, de sa façon de voir le monde (c’est ça qu’est chouette).

oui, là, je m’enflamme un peu, mais bon, c’est la fin de l’année faut dire aussi.

3. Le premier jour de l’an

Le premier jour de l’année, surtout, me plaît.

Sei Shônagon

J’aime bien voir le premier de l’an comme un renouveau, un nouveau départ. Mais bon, le 1er janvier comme jour de l’an, ça n’est guère qu’une convention de calendrier.

1er janvier

Non, en fait, comme vrai jour de l’an, comme jour de l’an idéal, je proposerais plutôt le lendemain du solstice d’hiver, quand – ça y est – les jours recommencent à s’allonger – ça c’est du renouveau ! C’est aussi la promesse de la lumière qui revient, la promesse du futur printemps (même s’il est encore loin), autrement plus motivant et rassérénant qu’un nouvel an de calendrier!

2. Les époques

Parmi les époques, j’aime le premier mois, le troisième mois, les quatrième et cinquième mois, le septième mois, les huitième et neuvième mois, le douzième mois ; tous ont leur charme dans le cours des saisons. Toute l’année est jolie.

Sei Shônagon

Comme cela est bien dit! Je n’ai rien à ajouter: toute l’année est jolie.

les-epoques

1. Au printemps, c’est l’aurore…

Au printemps, c’est l’aurore que je préfère.

Sei Shônagon

Au printemps, j’aime les journées qui rallongent, les plantes et les arbres qui retrouvent de la verdure.

la brouette, le lilas et la tulipe

Au printemps, on peut ranger les gros vêtements d’hiver mais il ne fait pas encore si chaud qu’on soit obligé d’être en débardeur toute la journée. On peut utiliser à plein sa garde-robe, ou presque.
Au printemps, les petits légumes frais font leur retour, on peut peu à peu se séparer des vieilles carottes et des poireaux pour passer à des choses un peu plus sexy.

le V de la victoire