I fought Felletin, and Felletin won

Ce titre incroyable n’est là que pour faire une référence musicale de haut vol, en vrai ce ne fut pas une bataille du tout.
Mais on ne peut pas vraiment dire que ce fut totalement gagnant.
Vous allez comprendre.

Or donc, il y a deux week-ends d’ici, c’était les journées nationales de la laine à Felletin.

et c’est pas pour faire une rime, mais c’était bien.

C’était la première fois que j’y allais, alors croyez bien que je me suis fait plaisir…

J’ai visité la filature Terrade.

visite de la filature Terrade

y avait tout plein de laine!

visite de la filature Terrade visite de la filature Terrade
visite de la filature Terrade

et des machines!

visite de la filature Terrade visite de la filature Terrade
visite de la filature Terrade

et de la teinture!

visite de la filature Terrade visite de la filature Terrade

et des bobines de toutes les couleurs!

visite de la filature Terrade
(hein?)(bon bref…)

J’ai aussi pris un cours de filage au rouet.

journées nationales de la laine

et du coup pour pas perdre la main (très récemment et pas totalement acquise), je me suis achetée un rouet aujourd’hui même!! (j’en reparlerai sans doute ici, je prévois un apprentissage pas des plus-z-aisés…)

J’ai fait une balade botanique orientée plantes tinctoriales.

balade botanique balade botanique

et j’ai ainsi développé un tout début de passion pour les lichens.

balade botanique balade botanique
celui de droite est un assez bon indicateur d’une qualité de l’air très correcte!

J’ai participé au crochetage d’un tapis mouton (si si).

tricot-gigot journées nationales de la laine
j’ai crocheté une patte arrière!

J’ai visité une expo de tapisseries

tapisserie
(pas toutes à mon goût, pour être tout à fait honnête, mais intéressante tout de même)

j’ai… heu… bon ben j’ai acheté beaucoup trop de choses

oh mon dieu de la laine!(bien que je tienne à signaler que tout cela n’est pas que pour moi, c’est dans ces cas-là que je ne me sens pas hyper gagnante…)

Mais surtout, surtout, j’ai croisé tout plein de gens!

Des gens que je connaissais déjà, que j’avais déjà croisés à d’autres évènements lainesques, ou que je ne connaissais pas du tout, mais en tout cas, des gens avec qui j’ai passé un très bon moment…

journées nationales de la laine journées nationales de la laine
journées nationales de la laine journées nationales de la laine

…à tricoter des choses fort astucieuses (spéciale cace-dédi à LaNouchette), à se faire tripoter le tricot par des passants indélicats, à expliquer des techniques aux passants incrédules (spéciale cace-dédi à Mr. D. qui a passé deux jours à expliquer sa technique de tricot incroyable mais vraie), à discuter discworld (parce qu’il n’y a pas que le tricot dans la vie), à faire les louanges de Ravelry en long en large et en travers (j’ai trouvé une pire accro que moi, oui, Nacreline, c’est de toi dont je parle…), bref, un très bon moment…

———————–

bon et puis sinon, hé ben le Limousin c’est tout plein de champignons!

des champipi, des champignons

intéressant, non?

————-

PS: et pour les ceusses qui ont lu cet article dès sa sortie, toutes mes confuses pour la fôte d’ortograf que jamais je ne me pardonnerai, elle est désormais corrigée.

et pour les ceusses qui se demandent de quoi il s’agit, j’ai fait une hors/or confusion. ouh la honte. I fought le dico, and le dico won…

overbookée

Le tricot c’est fantastique, savez-vous? ça permet de se libérer l’esprit, de créer des choses jolies, de faire plein de rimes en i.

mais pas que.

c’est aussi l’occasion de rencontrer des gens! de tester de nouveaux trucs! de se lancer dans des aventures de fou! et aussi de voyager!

d’ailleurs, la preuve, mon agenda tricoto-lainesque est super chargé cette année :

– Le 30 avril, un bar à teindre

kesséksa me demanderez-vous? un évènement qui tombe à point nommé pour votre serviteuse qui veut se lancer dans la teinture de laine mais qui a un peu peur quand même… en gros, voilà :

1. un lieu d’accueil, la boutique de salsamélie

2. 1 écheveau (fourni par les organisatrices) de laine fingering (pour chaussettes ou châle), en blue faced leicester (mais comment ont-elles su que j’ai un secret désir de découvrir cette laine?)

3. des couleurs (choisies par vous)

4. une teinture sous vos yeux ébahis!

5. d’autres keupines avec qui discuter le bout d’gras pendant ce temps-là

6. à la maison avec un nouvel écheveau tout beau tout neuf!

ça c’est des évènements comme on les aime, inattendu et très tentant!

– Le 7 mai, un défilé de châles!

En ce moment, dans le petit monde du tricot, c’est châle à tous les étages! alors sur instigation d’une copine de tricot et avec les copines du tricot opéra, on s’est lancé dans un défi personnel, à savoir, la réalisation d’un châle.

mais pas n’importe quel châle! un châle qui pour chacun(e) représente un défi personnel, un truc en plus que ce qu’on aurait osé faire habituellement.

je ne vous en dirai pas plus pour l’instant, car c’est secret, mais du défi, y en a.

Et on va montrer tout ça le 7 mai, via un petit défilé, attention très privé, uniquement pour les VIPs du tricot. héhé. (ou pas)

– début juin, une journée de tricot en public!

j’avais déjà participé il y a deux ans, j’espère pouvoir réitérer! mais pour tout vous avouer, pour l’instant je ne connais pas la date, alors on verra bien…

– Les 9 et 10 juillet, le festival Le Lot et La Laine

Superbe idée de quelques fondues de fibre, dont SpinSpanSpun : créer en France un évènement équivalent à ce qu’on peut voir outre-manche et outre-atlantique, à savoir une rencontre de gens passionnés de tout ce qui concerne la laine – tissage, tricot, filage, teinture, etc.

ça se traduit par des cours, des stands, des démonstrations, des rencontres, des échanges, des découvertes.

C’est la première année, alors on ne sait pas encore bien ce que ça va donner, mais on aura du beau monde, et en particulier Ysolda Teague herself (jeune designer écossaise très connue dans le monde du tricot) ; autant vous dire que sa venue est un bon présage pour cette première édition du festival…

J’ai tout spécialement hâte d’y être, moi qui bave devant les évènements outre-manche et outre-atlantique, et puis j’ai donné un (bien modeste) coup de main aux organisatrices, alors forcément, on se sent impliqué, un peu quand même…

et ça se passe où au fait? dans le Lot, près de Cahors, à Sauliac-sur-Célé, au musée en plein air de Cuzals, très précisément. Quand je vous disais que le tricot faisait voyager?

– Les 15, 16 et 17 juillet, Knit Nation à Londres

Bon, j’ai beau baver sur les festivals outre-manche, il se trouve que cette année j’ai tout lâché, et j’ai décidé d’aller à un de ces festivals! et pas n’importe lequel, Knit Nation, une rencontre londonienne qui a fait un carton l’an dernier, avec des stands de laines plus belles les unes que les autres, des cours par des gens archi-connus du monde du tricot (oui, le monde du tricot a son star system à lui tout seul), et plein plein plein de tricoteurs à rencontrer… (cf. quelques jolies photos ici)

Très honnêtement, j’y vais principalement pour les stands de laines. Bon, les cours ce serait intéressant, je n’en doute pas, mais :

1. c’est en anglais – je ne sais pas si mon cerveau tiendra le temps d’un cours ;

2. mon temps imparti est réduit – c’est que c’est Londres, autant en profiter pour faire autre chose!

3. c’est en anglais – est-ce que je suis seulement capable de comprendre un cours de tricot en anglais? c’est-à-dire : comprendre ce qu’on me dit, appliquer ce qu’on me dit à ce que je sais déjà, à ce que j’ai entre les mains, enregistrer tout ça dans ma petite tête? j’ai comme un doute ;

4. mon temps imparti est réduit – et le musée Victoria and Albert n’est pas loin du tout, depuis le temps que je veux me le faire celui-là!

Les cours ce sera pour une autre fois. Et attention à la carte bleue. ça risque sérieusement de chauffer.

J’ai peur.

Mais j’m’en fous.

Le tricot c’est trop de la balle.

(Et n’écoutez pas les plaintes du sieur Tofausecours, il est trop content d’en profiter pour voyager et faire du geocaching, alors zut et na. :p)

petit bonheur du jour d’hier

Je suis très fière de moi, car je me suis sortie d’un long-tail cast-on trop serré en le transformant en provisional cast-on – tout simplement by picking up les stitches et en sacrifiant le rang de long-tail – pour ensuite faire un stretchy bind-off des familles qui va bien.

si vous n’avez rien compris à la phrase précédente, c’est normal. Il faudrait juste que j’arrête de réfléchir en tricot bilingue, parfois.
:)

gant à deux doigts

en tout cas, ce qu’il est important de savoir, c’est que mon cobaye préféré peut désormais enfiler fort commodément son gant pas fini, c’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi, ça veut dire beaucoup. ça veut dire qu’il était libre, heureux d’être là malgré tout que j’ai su surmonter un souci tricotesque certain sans avoir à tout détricoter.

Les tricoteuses comprendront l’importance de la chose.

tricot de l’extrême

le tricot, j’aime bien ça (si vous ne le saviez pas encore)

alors quand on est allés à Barcelone, en juin dernier, incidemment et parfaitement fortuitement, j’ai noté l’adresse d’un magasin de laine, et justement, par un pur hasard exceptionnel et inattendu, on est passé devant ce magasin lors de nos pérégrinations. déjà c’est assez dingue.

il se trouve, en plus, que le nom du magasin est tout simplement fantastique: all you knit is love.

allyouknitislove

Les références aux Beatles, moi, tant que c’est pas Rascal Obistro, a priori, je suis pour.
(bon, le fait que les mains fassent du crochet plutôt que du tricot joue plutôt en sa défaveur, mais ça ira pour cette fois, après tout, all you crochet can also be love, si vous voulez mon avis)

et puis, je vous le jure, c’est monsieur mon cobaye qui a insisté pour qu’on y entre.

puis le même qui a insisté pour que j’achète de la laine.

si.

alors j’en ai acheté, que voulez-vous, je suis faible, quand mon homme me dit d’acheter de la laine, j’en achète!

(qu’il ne se plaigne pas, vu comme elle déchirait la boutique, j’aurais pu acheter bien plus qu’une pelote, or je n’ai acheté qu’une pelote, oui messieurs-dames)

et donc, voilà l’heureux achat:

une drôle de pelote

oui, ceci est une pelote. une drôle de pelote, je vous l’accorde, mais une pelote quand même! pour ceux que ça pourrait intéresser, en fait le fil s’enroule sur lui-même en cylindre, de façon bien serrée, et ça tient, un peu comme par magie, à mon avis. (ces Espagnols sont trop forts)

Or donc, nous voilà sur un banc, à l’ombre, un peu la flemme de retourner au grand soleil cramer tout ça. avec une pelote de laine dans le sac. sans aiguille.
et quand on n’a pas d’aiguille, il faut avoir des idées. et, par exemple, deux crayons.

oui oui, vous avez bien compris, deux crayons.

vous… voyez où je veux en venir?

hé bien voilà, j’ai testé du tricot de l’extrême.

tricot de l'extrême!

et ça marche plutôt bien.

tricot de l'extrême!

et voilà le (presque) résultat :

un futur ???

celui ou celle qui devine ce que c’est/ce que ça sera a gagné un bidule tricoté! (et moi j’ai gagné l’occasion de faire un deuxième épisode pour pas cher – gniark gniark je suis démoniaque)

en cadeau bonus, un 40 :

un 40 me tient compagnie pendant que je tricote

bon allez, maintenant je vous le dis

je vais vous donner la recette hypra compliquée donnée par Jean-Jacques pour faire du yaourt.

Préambule :

mais qui est Jean-Jacques?

hé ben Jean-Jacques est un éleveur de vaches / fromager de Seine et Marne (sud-est de l’Ile de France), avec qui mon groupe amap est en contrat amap.

c’est-à-dire que tous les 15 jours il nous amène des produits laitiers, suivant un contrat sur 6 mois, avec des produits trop miam miam qu’on choisit parmi les suivants: lait cru, brie frais, crème fraîche, fromage blanc, brie noir, coulommiers, brie de melun – je crois que je n’ai rien oublié.

c’est que du bonheur, c’est bio, ça vient d’à côté, c’est bon.

et maintenant le vif du sujet.

Recette du yaourt selon Jean-Jacques :

mélanger un yaourt-ferment avec un litre de lait (cru), répartir dans les contenants, laisser prendre pendant une nuit à température ambiante.

voilà c’est prêt.

et croyez-le ou pas, ça fait des yaourts très très mangeables.

certes, plus acide, certes, plus sensible, sans doute, à une éventuelle contamination (quoique), certes, avec une couche de crème un peu sure sur le dessus (à enlever avant dégustation, donc), mais : point d’ébouillantage, point de four, point de yaourtière, simplicité et économie, le pied.

joie z-et félicité

(avec musique angélique en fond sonore et petits anges qui volètent dans les coins)

Tu le sais, ami lecteur qui suis fidèlement ce blog, j’ai un (ahem) *certain* stock  de laines et de trucs à retaper, réparer, transformer.

Mais j’ai aussi un *certain* stock de tissus (que je ne vous montrerai même pas, tellement c’est indécent, tellement ça me prendrait trop de temps, tellement faudra bien que je fasse le point un jour quand même)

et et et… un stock de projets non finis…

aaaaah les projets non finis, commencés dans la joie et l’allégresse, arrêtés en plein milieu ou vers la fin, terrassés en plein vol pour x et y raisons, toutes plus ou moins bonnes : la peur de mal faire, l’angoisse de la couture qui mettrait tout par terre, la révélation que finalement une robe en tissu à grosses fleurs bleues et violettes c’était pas la meilleure idée de la décennie, bref, des raisons.

et voilà que l’autre jour je tombe (sans me faire mal) sur un de ces projets pas finis.

mais alors pas fini depuis un bout de temps, pour vous dire ça fait au moins 4 ans que c’est pas fini, ça date de l’ère pré-monsieur mon cobaye, alors…

mais bon, j’étais assez contente de retrouver ce projet pas fini, et bizarrement, je me souvenais parfaitement pourquoi je ne l’avais pas fini : parce que j’ai eu peur du résultat final, parce que le tissu que j’avais choisi est en maille, en jersey, donc assez stretch, alors que le patron prévoyait plutôt du tissu pas stretch du tout, comme du coton ou du lin. du coup j’ai eu peur, et j’ai remisé le projet.

et là, le voilà, et je me dis, allez, c’est maintenant ou jamais, c’est bientôt fini les cours de couture, faut y aller, tu pourras en causer, au pire, avec la prof.

et alors, première bonne nouvelle, la prof me dit que je n’ai pas besoin de surfiler les bords. du coup, ça veut dire que j’ai juste à coudre manches et côtés et ce sera fait : c’est prometteur, alors je me lance. hop, 10 minutes à épingler, 5 minutes à coudre, eeeeeet :

robe facile

joie z-et félicité, ze robe parfaite, simple mais classe, qui me va comme un gant, qui tombe bien, qui ressemblerait pas mal à une des robes de mes rêves.

4 ans d’hésitation, 15 minutes de couture, ça valait le coup d’attendre, je suis heureuse :)

le test du yaourt

c’est goûté, c’est testé,

et c’est bon.

test
miam miam dit la testeuse

et surtout, plus que tout, ce qui m’a surpris, c’est que ça tient, ça a du corps, c’est même pas très acide (presque pas assez à mon goût!).

yaourt qui tient

test en pot

et même au thermos, je pensais que ça allait être plus du yop qu’autre chose, mais non, ça tient bien.

regardez moi ça:

yaourt en thermos (1)

oui ok, on voit pas grand chose, mais l’espèce de rond plus clair, quand on y regarde de plus près:

yaourt en thermos

mais oui! c’est du yaourt! et ça tient! au-dessus de l’horizontal! (j’ai pas testé la verticale, j’avoue, j’ai eu peeeeur!)(par contre j’ai pas trop peur des points d’exclamation ici).

(oui, je sais la photo ci-dessus fait un peu « l’aventure intérieure », mais il fallait bien ça pour vous montrer la beauté de yaourt)
regardez comme c’est beau, comme c’est consistant :

regardez comme c'est beau

comme ça se marie habilement avec le croissant (?).

vous aurez compris : je suis bien contente de ma tournée de yaourt, reste à voir la suite ce que ça donne.

prochain épisode : ce que nous dit le livre de ce qu’on peut mettre dans le yaourt (oui parce que là ben j’ai la flemme :p)

Légumes d’amap

La grande nouvelle de l’été, c’est quand même qu’on a trouvé un maraîcher pour faire amap avec lui, son exploitation s’appelle le potager enchanté, et il faut croire qu’effectivement, ses légumes sont enchantés, on en a de toutes sortes de tous goûts, de toutes tailles.

Sélection…

les tomates
des tomates de toutes les couleurs
piment doux qui frise
des piments à frisette
bébés topinambour
des bébés topinambour
radis géants
des radis géants (les playmobils sont là pour donner l’échelle)
tomate coeur
des tomates coeur
courgette siamoise
des courgettes doubles
courgette monstre
des courgettes monstres
tomate à téton
des tomates à tétons
les grosses tomates
des tomates géantes (je ne retrouvais plus monsieur et madame playmobil, c’est donc tigrou et jerome ganieze qui se sont portés volontaires pour donner l’échelle)

faut-il le préciser? tout cela est fort bon…

sur ce, elle retourna cuisiner