2012

2012 sera (est?) placée sous le signe de : VIDER TOUT!

(j’aurais bien aimé trouver une jolie rime qui aille bien avec 2012 et avec le sujet qui nous concerne, mais à part blouse et bouse, j’ai un peu séché, ce sera donc: VIDER TOUT! même si ça ne rime pas, voilà)

oui, VIDER TOUT parce que ça y est, mon appart surchargé me porte sur le système. DONC.

1/ Les laines, on les tricote!

laine 4
laine 2 laine 1
laine 3
(oui, tout ça c’est de la laine)

on les tricote, on tricote pour les autres (tiens, l’anniversaire de ma frangine qui approche), on tricote pour la bonne cause (tiens, amis sans frontières a besoin de vestes bébé), mais ON TRICOTE TOUT! et bien sûr, on évite de trop acheter de laine.

ce qui, jusqu’ici, il faut bien l’avouer, s’avère compliqué. Rappelez-vous, il y a un peu plus d’un an, non seulement:

– j’avais trouvé une rime correcte avec l’année qui commençait,

– j’avais posté mes bonnes résolutions avant que l’année ne soit modestement mais quand même au 1/12 commencée,

– je m’étais engagé en gros en gras que je n’achèterai pas plus de laine que je n’en tricote.

hé ben c’est raté.

et comme j’aime autant les graphes que l’an dernier, en voilà un, tiens:

un bien joli graphe, ma foi, qui nous apprend que:

– j’ai accumulé un stock de 10kg de laine depuis juillet 2011 (mazette -_-)

– ce stock est dû principalement à deux gros achats de laine (en gris), qui me font exploser mon bilan mensuel (en orange) et que je n’arrive jamais à rattraper, que ce soit avec ce que j’ai tricoté ou avec ce que je donne, deux barres qui ont l’air tout malheureux parce que, ben, on les voit à peine, les pauvres (en violet et en turquoise) ; en plus je situe tout à fait ces deux gros achats : l’un en avril 2011 (passage à la lainière de Wazemmes, les vils tentateurs), l’autre en juillet 2011 (passage au Festival du lot et à la laine et passage à knit nation, 2 évènements qui ont fait très très mal à mon stock)

– malgré tout, on voit comme un tout léger mieux, avec même la barre bleue du bilan cumulé qui DIMINUE!! c’est énorme!!

allez, on a la foi, on garde le cap, on évite d’acheter trop de laine ; vous remarquerez que je ne dis pas que je n’en achèterai pas du tout, ni même, comme l’an dernier, que je n’achèterai pas plus que ce que je tricote, mais on va limiter la casse.

allez, on va dire qu’on va faire un point mensuel sur ce que j’ai tricoté vs. ce que j’ai acheté, histoire de me mettre le nez dans le caca la réalité.

(hum hum, par erreur, janvier 2012 n’apparaît pas sur le graphe ci-dessus, auquel cas on aurait vu dès le premier mois que je ne respecte pas le cap donné et que la barre « bilan cumulé » reprenait un peu de hauteur, hum hum, fermons discrètement la parenthèse…)

2/ Les tissus et autres vêtements à retaper, on les coud, on les répare!

tissus 1 tissus 3
(contrairement à la laine, ceci n’est qu’un échantillon de ce qui peut traîner en termes de tissus et vêtements à retaper)
(un tout petit échantillon. gloups)

bon, le tissu et tout ça, c’est plus compliqué. autant le tricot c’est facile, tu prends ta pelote, tes aiguilles et zou c’est parti, autant la couture, faut avoir de la place sur le bureau, faut installer la machine à coudre, faut tout un matériel sous la main (ciseaux, fils, bobines, boutons, épingles, que sais-je encore). Du coup ben c’est plus compliqué.

et je n’avance pas en couture.

croyez bien que ça me désole, il faudrait que je me force un peu, mais ça me gonfle de me forcer, alors ça traîne.

mais quand même, j’ai fait un premier pas, la machine à coudre trône sur mon bureau, et j’ai même commencé à utiliser des tissus de la photo de gauche pour faire cette petite chose rigolote:

tissus hibou
(le hibou, pas le mouton!)
(il y a trois ou quatre de ses frangins qui attendent d’être finis juste à côté)

bon le tissu on verra, hein.

3/ Les livres, on les lit, on les libère!

livres 2 livres 1
livres 3

Comme pour la laine, la difficulté réside surtout dans le fait de ne pas augmenter les stocks en récupérant des bouquins au moindre miteupe ou au moindre passage en librairie.

Comme pour la laine, l’année passée montre que les bonnes résolutions de début d’année ça ne suffit pas pour éviter l’augmentation inexorable du stock… (je n’ai pas de joli graphe à vous montrer, mais en vrai, ben le graphe il serait pas joli joli)

Je pourrais faire un bilan mensuel, comme pour la laine, mais les photos de livre, c’est peut-être un peu moins passionnant que les photos de tricot… il faut surtout que je me décide à relibérer des livres, c’est fun le bookcrossing, non? au pire, je peux amener ces livres aux miteupes, ça marche aussi. allez zou, on se motive!

4/ Les placards, on les vide!

aliments

Ce qui se traduit par: la bouffe, on la mange! les ingrédients bizarres achetés sur un coup de tête, on les teste, on  les utilise!

J’ai d’ailleurs déjà commencé, pas forcément avec des ingrédients bizarres, mais en sortant, à peu près une fois par semaine, au hasard, un bocal de l’étage « féculents/céréales/légumineuses » et en me disant, allez, j’utilise ça cette semaine.

et ça marche!

je tiens le cap, on y croit!

5/ Le blog, on l’écrit!

mouais, bon, qui y croit, franchement? ;P

Publicités

joie z-et félicité

(avec musique angélique en fond sonore et petits anges qui volètent dans les coins)

Tu le sais, ami lecteur qui suis fidèlement ce blog, j’ai un (ahem) *certain* stock  de laines et de trucs à retaper, réparer, transformer.

Mais j’ai aussi un *certain* stock de tissus (que je ne vous montrerai même pas, tellement c’est indécent, tellement ça me prendrait trop de temps, tellement faudra bien que je fasse le point un jour quand même)

et et et… un stock de projets non finis…

aaaaah les projets non finis, commencés dans la joie et l’allégresse, arrêtés en plein milieu ou vers la fin, terrassés en plein vol pour x et y raisons, toutes plus ou moins bonnes : la peur de mal faire, l’angoisse de la couture qui mettrait tout par terre, la révélation que finalement une robe en tissu à grosses fleurs bleues et violettes c’était pas la meilleure idée de la décennie, bref, des raisons.

et voilà que l’autre jour je tombe (sans me faire mal) sur un de ces projets pas finis.

mais alors pas fini depuis un bout de temps, pour vous dire ça fait au moins 4 ans que c’est pas fini, ça date de l’ère pré-monsieur mon cobaye, alors…

mais bon, j’étais assez contente de retrouver ce projet pas fini, et bizarrement, je me souvenais parfaitement pourquoi je ne l’avais pas fini : parce que j’ai eu peur du résultat final, parce que le tissu que j’avais choisi est en maille, en jersey, donc assez stretch, alors que le patron prévoyait plutôt du tissu pas stretch du tout, comme du coton ou du lin. du coup j’ai eu peur, et j’ai remisé le projet.

et là, le voilà, et je me dis, allez, c’est maintenant ou jamais, c’est bientôt fini les cours de couture, faut y aller, tu pourras en causer, au pire, avec la prof.

et alors, première bonne nouvelle, la prof me dit que je n’ai pas besoin de surfiler les bords. du coup, ça veut dire que j’ai juste à coudre manches et côtés et ce sera fait : c’est prometteur, alors je me lance. hop, 10 minutes à épingler, 5 minutes à coudre, eeeeeet :

robe facile

joie z-et félicité, ze robe parfaite, simple mais classe, qui me va comme un gant, qui tombe bien, qui ressemblerait pas mal à une des robes de mes rêves.

4 ans d’hésitation, 15 minutes de couture, ça valait le coup d’attendre, je suis heureuse :)

challenge accrocs

un des avantages inattendus des travaux dans un appart, c’est de bouger les affaires, d’une pièce à l’autre, de l’autre pièce à l’une, et donc de se rappeler combien on en a, des affaires, combien on en a beaucoup, beaucoup trop: des livres, des anciens cours, des magazines, des livres, des patrons, des tissus, des livres, des laines, des perles, des livres.
et aussi plein de trucs à réparer/améliorer/customiser, genre des vêtements en vrac et des bouts de tissu.


(ceci n’est qu’un petit échantillon)

et parmi ces vêtements et ces bouts de tissu, il y en a que j’adore, et que j’avais à peu près oubliés, perdus qu’ils étaient dans ce foutoir-à-réparer.
c’est parfaitement honteux, je sais.

je me lance donc dans un challenge longue durée: le challenge accrocs.

Histoire de me motiver, je me suis même inscrite sur un blog collaboratif qui ne fait que ça, du « refashion », de la retouche, de la customisation, ça s’appelle wardrobe refashion, c’est en anglais (désolée), et ça va même plus loin que le simple fait de gérer ses stocks de choses et d’autres, puisqu’il s’agit carrément de renoncer aux achats de vêtements neufs, dans une logique environnementale de recyclage et de réutilisation. (Pour les anglophones, les règles du jeu sont là)

L’engagement proposé sur le blog peut se faire sur 2 mois, 4 mois, 6 mois, ou carrément pour toute la vie! j’ai pas peur: je me lance pour toute la vie, de toutes façons ces derniers temps j’achète franchement rien comme vêtements, donc j’ai pas peur.

wr09life

Voilà donc mon engagement (inspiré librement de la page du blog officiel) :

1. Je m’engage à ne rien acheter de neuf (le fait-main faisant exception, ce qui permet les achats sur des sites comme Etsy), tout vêtement doit donc être Recyclé, Rénové, ou Chiné, ou Fait-main.
Les vêtements type pour le boulot ou pour le sport ou l’école, les chaussures et les sous-vêtements ne sont pas inclus dans cette règle. Toutefois, je m’engage à tenter le coup malgré tout à l’occasion.

2. En cas de circonstances exceptionnelles, comme un évènement spécial, ou les soldes les plus incroyables, les plus uniques et les plus géniales au monde, et donc à côté desquelles il serait impensable de passer, je peux utiliser la carte « vous êtes libéré de prison ».

wr09jail

Je peux utiliser cette carte une fois tous les deux mois, mais je m’engage à avouer ma faute et à faire amende honorable en présentant la carte sur le blog.

3. Je m’engage à poster au moins une fois par semaine pour tenir au courant la communauté de mon avancement (ça, ce sera sans doute le plus difficile o_O). Cela ne donne pas de point supplémentaire, mais ça contribue à l’inspiration et l’encouragement de tous!
Bien sûr, j’installe le logo du site sur mon blog et je copie le présent engagement dans au moins un poste (ici présent), avec un lien vers mon engagement sous le logo.

4. Je m’engage à être honnête et à avouer quand je me suis fourvoyée hors des sentiers de la refashion! C’est comme au monopoly: on va directement en prison, on ne passe pas par la case départ, on ne gagne pas 2 000 F! Et à ce moment seulement, on peut espérer une liberté conditionnelle…

ça rigole pas, vêtements qui traînez, tremblez!!

de vieux trucs, des p’tits trucs

ça fait maintenant plus d’un an que j’ai mon beau nappareil photo

nouvelappareil

pour l’occasion, je lui avais cousu une pitite pochette (histoire de pas trop l’abîmer, mais de pas non plus l’enfermer dans une de ces pochettes à appareil photo que personnellement je trouve assez hideuse peu glamour).
la méthode est simple et classique.

1. un joli tissu

le tissu

2. mis endroit contre du molleton (sorte de papier bulle en tissu, quoi)

tissu sur molleton

3. coudre un rectangle, avec de jolies finitions

la jolie couture

j’ai dit joli!

4. laisser quelques centimètres non cousus, qui permettront de retourner le tout à l’endroit.
[oui ben non j’ai pas de photos pour cette étape essentielle, et, je l’admets, pas des plus évidentes à visualiser, vous m’en voyez navrée]

5. recoudre le tour pour bien marquer les plis et….
tadaaaam admirer

la pochette fermée

et les cours de couture depuis tout ce temps?

– vous entends-je demander à grands cris depuis chez vous – mais si, mais si, ne mentez pas, j’ai l’oreille fine.

ahem

Toujours est-il, ça a quand même (un peu) avancé depuis la dernière fois.

Alors, la jupe, après :
– Changement de tissu de doublure parce que celui que j’avais choisi était trop épais, ça faisait effet crinoline, donc pas top
– Moult arrachage de cheveux à essayer de gérer ce tissu à fleurs de merde un peu difficile, c’est-à-dire trop fin, trop léger, trop glissant : très pas conseillé à un débutant, mais parfois j’ai pas peur, disons surtout que je ne me rendais pas compte de l’emmerdement la difficulté que ça allait être
– Moult perte de temps à placer les plis là où il faut
– Quelques désespoirs parce que j’avais apparemment mal calculé, la jupe s’est retrouvé beeeeaucoup trop large puis trop étroite, puis – ouf! – à ma taille
– Perte de temps directement liée, mathématiquement, au fait qu’il faille gérer ET le tissu à fleurs, ET la doublure – donc mathématiquement le double de travail -grumpf.

Après tout ça, enfin, ma jupe commence à ressembler à quelque chose :

(presque) jupe

Ce soulagement quand on l’essaye, et qu’elle VA !
Depuis la photo, la ceinture est faite, la fermeture éclair (invisible! ma première! trop bien! trop de points d’exclamation aussi!) est faite ; par contre le bas attend toujours d’être surjeté, vu que c’est une jupe qui tourne, ça fait une certaine longueur à passer à la machine, je repousse donc le moment de m’y mettre, procrastination, quand tu nous tiens !

Je procrastine* aussi parce qu’on a commencé le deuxième projet de l’année : la chemise!

Et après ma jupe-double-du-travail-tissu-difficile, j’ai décidé de faire une chemise simple : pas de boutonnière, pas de col, et pas de tissu problématique, s’il vous plaît !

et voilà à quoi ça ressemble aujourd’hui :

(future) chemise

Au centre, le torse de la chemise, avec un col capucin dont je suis assez fière ; à droite, les manches ; à gauche, les poignets et la parementure de col. Donc quand je dis qu’il n’y a pas de col, c’est pas totalement vrai, mais y a pas de col type chemise ou mao, en tout cas, donc on limite les dégats, on va dire.

(en bas à gauche, tout un tas de laine pour faire une couverture, mais ça n’a rien à voir avec le sujet qui nous intéresse)

Le torse est déjà tout bien bâti, et à deux doigts d’être essayé ! oulala, c’est le moment décisif, où on sait si oui ou non on s’est complètement plantée ou juste un peu de quelques centimètres, ou pas du tout (comme si on y croyait).
J’avoue, j’ai le trac.
Argh j’ai peur que ce soit trop petit.
Argh.
Bon je vous dirai.

* la minute culturelle : savez-vous que le verbe procrastiner n’existe pas en français ? dingue, non? par contre, il existe en anglais, et se traduit par atermoyer, tergiverser, qui sont aussi ma foi de fort jolis verbes, mais tant pis, aujourd’hui, je procrastine quand même.

c’est parti

En cours de couture, on a appris à faire des variations de patron à partir du patron de la jupe droite : jupe à godets, jupe évasée, mais il s’agit maintenant de se lancer dans la vraie jupe qu’on veut faire.
Et puis de la faire, la jupe.

Alors voilà.

vers la jupe

J’ai choisi le modèle (La grodoute, jupe à plis creux), j’ai choisi le tissu (et sa doublure parce que le tissu s’avère trèèèès transparent), j’ai adapté le patron, j’ai pris ma respiration… et j’ai coupé!

La semaine prochaine on attaque le surjet et la couture – oulala!

ayé

Je me suis inscrite au cours du soir de la ville de Paris, coupe couture.

mannequins
cours du soir

C’est que ça suffit maintenant d’avoir l’impression de pas avancer, de ne pas avoir de méthode, d’être toujours imprécise et dans l’à peu près le plus inefficace! alors je me lance…
Au programme: une jupe, puis une chemise, puis un pantalon, puis un vêtement au choix (mais pas trop compliqué non plus), le tout à mes mesures, bien sûr.

J’ai hâte, j’ai hâte, j’ai hâte! (d’apprendre des choses autrement que sur le tas, et sur le tard)

motivée

j’ai acheté de la laine japonaise

lainejp

je me lance dans une robe avec le tissu offert par M. lecobaye

robe madras

je me suis procuré un magazine de broderies (merciiiiii froufrou et capu!)(broderies pour débutantes, c’est juste ce qu’il me fallait)

mag broderie

j’ai acheté un livre de couture japonais (intoxiquée que je suis par les japan couture addicts)

mode jp

j’ai ressorti le crochet (et le livre d’aiguilles pour se rappeler comment faire du crochet)

crochet et livre

je mets en pelote de la laine achetée il y a bien 2 ans

laine

je fais un cahier d’échantillons de mes tissus (mais je l’ai pas fini)(et c’est inspiré de la motivation de katoo)

échantillon

(je m’impressionne moi-même)