une marie-claire et des idées

voilà comment ça se passe :
ça fait un paquet d’années que j’achète, plus ou moins régulièrement, un magazine avec des travaux manuels dedans, le titre de ce post vous aura peut-être mis sur la piste, il s’agit de marie-claire idées. Je m’y suis même carrément abonnée il y a peu, dites-donc.

et depuis toutes ces années, c’est toujours la même chose : je le zyeute, je le feuillette, en me disant « wouah faut trop que je le fasse ça » ou encore « oh c’est chouette mais bon ça n’a rien à faire chez moi » voire même « heu oui mais non là quand même faut pas pousser ». Et c’est la même histoire à chaque numéro, des choses bof, des choses bien mais bon pas pour moi, et des choses trop faut que je les fasse.

mais le truc c’est que c’est trèèès rare que je les fasse, les choses trop faut que je les fasse. parce que, ben, voilà quoi, y a tellement de choses que j’ai envie de faire, au final je ne fais pas grand chose, malheureusement…

et puis voilà le numéro de novembre-décembre dernier, et voilà-t-y pas que aussitôt ou presque, je me mets à la tâche.

je repère ça:

modèle

je vois les explications :

explication

et je kiffe les explications. je dois avoir un problème avec les papiers pliés, je ne vois que ça.

et donc je trouve du papier et je me lance dans l’aventure.

les p'tits papiers (1) les p'tits papiers (4) les p'tits papiers (2) les p'tits papiers (3) les p'tits papiers (5) les p'tits papiers (6)

et après un tout petit rien d’erreur et de redémarrage, j’ai ma première petite étoile :

les p'tits papiers (7)

et puis très vite je passe à la vitesse supérieure.

les p'tits papiers (8)

eeeeet voilà:

étoiles en papier à couper

oui enfin disons voilà:

étoiles en papier

et zou, pour noël, voilà-t-y pas une bien jolie guirlande, entièrement recyclée, je n’ai jamais autant apprécié une publicité carrouf, dites-donc.

(clic clic pour agrandir cette merveille)

et puis, tiens pendant que j’y suis, un autre truc complètement dingue avec marie-claire idées. pas plus tard que l’autre jour, je mate le numéro de janvier/février, j’y repère un livre qui m’a l’air bien sympathique.

et pas plus tard qu’hier, je reçois un cadeau d’une bookcrosseuse que je ne dénoncerai pas (ou si peu).

vous le croirez ou pas, personnellement je n’en reviens toujours pas, elle m’a offert le bouquin même que j’avais repéré dans le marie-claire idées de janvier/février.

c’est dingue, c’est tout.

(ce qui est dingue, aussi, c’est que j’ai dû passer bien 5 mn à me creuser les méninges pour me souvenir de où elle avait bien pu récupérer cette idée, si j’en avais parler peut-être quelque part ou mis le livre en liste de souhaits, ou que sais-je, mais non, la seule chose que j’ai faite c’est de corner la page du marie-claire à la page concernée, alors à moins que m’ame larkéo possède un radar à page cornée (pourquoi pas, finalement), hé ben c’est pure coïncidence, et c’est ça qu’est chouette)

c’est ça :

ça parle de tricot, de tricot un peu revendicatif même, de faire du tricot street-art, du street-tricot, quoi, mais c’est un peu difficile à prononcer. c’est le collectif france-tricot, dont j’avais déjà entendu parler mais dont je n’avais pas encore trop vu les oeuvres.

hé ben j’aime bien.

ça donne des choses comme ça :

ou encore ça (qui me fait beaucoup rire) :

(mais je me demande quand même comment ils lui enfilent le slip o_O)

et encore plus dingue, glissée dans le livre, la recette du kouign amann! mais comment a-t-elle deviné que j’aimais le kouign amann?!?

(merci m’ame larkéo, je suis gâtée)

s’amuser au bureau – part 1&2

part 1
parfois quand je m’ennuie au bureau (hé bien si, ça arrive), plutôt que d’aller traîner sur des forums de lecteurs ou de tricoteurs, de lire de la documentation sérieuse et instructive sur l’environnement, je me lance dans des travaux manuels rigolos.
j’ai ainsi trouvé sur un blog des petits personnages en papier à découper.

oh qu'il est beau

je vous le recommande: c’est le chouette blog de reuno, c’est beau, c’est rigolo, et ses personnages font mou quand ils sont malheureux, ce qui est un gage indéniable de sérieux éditorial tout autant que sentimental. moi-même parfois, quand ça ne va pas, j’ai bien envie de faire mou, mais c’est pas toujours possible, car les gens te regardent bizarrement, les gens ne comprennent rien aux sentiments.
non mais regardez-moi ça: acute, c’est pas drôle, mignon et bien trouvé, ça, hein?
hé ben moi je dis que si.
et ce « clip-en-bande-dessinée » de fire over the monkey’s head de gorillaz, c’est pas de la bombe de baboulette, ça, peut-être?
mais si, encore une fois, si, complètement, ça déchire sa maman.

après ce petit intermède pubesque non subventionné, il est temps de passer aux choses sérieuses.
alors donc, le personnage en papier à découper, c’est toute une aventure, d’ailleurs, c’est marqué dessus, c’est un peu dur, et il faut faire attention de ne pas se couper.

un peu dur attention aux doigts

les petits bras, par exemple, c’est un peu chaud à découper/coller proprement, et puis y a les trous des bras à faire, oulala concentration!

les bras les trous pour les brasles bras c'est fin hihi les bras en l'air

par contre c’est pas marqué dessus, mais tu te mets de la colle plein les mains.

de la colle plein les mains

mais sinon c’est fun et ça fait agréablement passer le temps.

découpage de la planche théodore c'est son nom

et à la fin t’as un petit compagnon pour te tenir compagnie quand tu t’ennuies au bureau (hé bien si, ça arrive).

oh qu'il est beau

part 2
parfois quand je m’ennuie au bureau, je fais un tutoriel en photo ridicule de mes découpages de personnage en papier, et j’en fais une note de blog.
si.
:-]