bibliothèque

une bibliothèque c’est lourd à porter
sur le dos, j’entends, car dans la tête
les artifices fleurissent, poussent à l’allure du chiendent
c’est comme ça qu’on glisse
sur une effluve de printemps

Bibliothèque III, les têtes raides

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s